Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La défaite oubliée

Les étapes du Guide Napoléon

Les étapes du Guide Napoléon d'Alain Chappet, Roger Martin et Alain Pigeard nous emmène, cette fois, dans le petit village de Gastins en Seine-et-Marne où se trouve, au cimetière communal, la tombe de Jean-Alexandre ( dit Jean-Baptiste ) Coluche, Grognard de Napoléon, célèbre pour avoir empêché l'Empereur de passer un soir de 1809 alors qu'il était en poste et respectait la consigne.

 

 

Texte sur l'histoire de Jean-Alexandre Coluche, paru dans le journal l'illustration d'octobre 1846 :

JEAN COLUCHE. — Il n'est personne qui, en flânant devant les boutiques des marchands d'estampes, n'ait rencontré une lithographie ou une gravure à la manière noire, représentant un jeune soldat qui barre le passage à Napoléon. Sous la gravure est écrit, en forme de titre : On ne passe pas ! et plus bas : « Fussiez-vous le petit caporal, vous ne passeriez pas. » (Historique.)

C'est historique, en effet, et nous connaissons le héros de l'aventure. Jean Coluche (tel est son nom) est né en 1780, au village de Gastins, près de Rozay-en-Brie (Seine-et-Marne) ; fils d'un ancien soldat, et conscrit de l'an IX, il fut incorporé dans le 17e léger, et toute sa vie militaire s'est passée dans le même régiment. Ses premières armes datent de la campagne de Prusse, en 1806. Il était à Iéna, à Eylau, à Varsovie. Plus tard, il fit toute la glorieuse campagne de 1809 en Autriche. Il assista à Essling et à Wagram, où il fut blessé. Le 17e léger fit ensuite partie de l'armée de Masséna, en Portugal, et Jean Coluche resta dans la Péninsule jusqu'au moment où une partie des troupes françaises furent rappelées d'Espagne pour la défense du territoire, après les désastres de la retraite de Russie et le soulèvement de l'Allemagne en 1813. Il fit la campagne de France, fut blessé d'une balle à la tête à l'affaire d'Arcis-sur-Aube, rentra au service lorsque Napoléon revint de l'île d'Elbe, et prit part à la victoire de Ligny, deux jours avant Waterloo. La paix faite, il revint dans son village, où il a fermé les yeux à sa vieille mère, après lui avoir donné des arrière petits-enfants. Jean Coluche est lieutenant de la garde nationale du canton de Nangis. Nous donnons son portrait avec l'épaulette que lui a conférée l'élection de ses concitoyens.

 

Voici maintenant l'aventure qu'ont reproduite le crayon et le burin : c'était en 1809, après la victoire d'Ebersberg, bourg sur la Traun, entre Linz et Vienne. Ce bourg a été livré aux flammes pendant l'action, et Napoléon se logea dans une maison à demi ruinée par l'incendie. Jean Coluche fut mis en faction devant sa porte avec un soldat de la garde impériale, et la consigne qu'ils reçurent était de ne laisser entrer ni sortir aucune personne qui ne fût accompagnée d'un officier d'état-major. Vers le soir, et bien enveloppé de sa modeste redingote grise, Napoléon quitta son palais de décombres. « On ne passe pas! » lui cria Coluche. Pensif et la main dans la poitrine, Napoléon, sans l'écouter, continua de marcher à sa rencontre. Coluche prit son fusil à deux mains : « si tu fais encore un pas, je te.... plante ma baïonnette dans le ventre. » Au bruit de cette scène des généraux accoururent, et leurs aides de camp, et tout l'état-major. Napoléon rentra ; Coluche fut entraîné au corps de garde, « Tu es perdu, mon garçon, lui disaient ses camarades ; tu as fait main-basse sur ton empereur. On fera un exemple sur ton pauvre corps. — Un moment, un moment, répondait Coluche et ma consigne donc ! J'expliquerai tout cela devant le conseil de guerre. » On vint le chercher de la part de l’empereur. Il entra, la main à son bonnet. « Grenadier, lui dit Napoléon, tu peux mettre un ruban à ta boutonnière, je te donne la croix. — Merci, mon empereur, répondit Coluche ; mais il n'y a plus de boutique dans ce pays-ci pour acheter un ruban. — Eh bien, prends une pièce à un jupon de femme ; ça fera la même chose. »
Voilà l'histoire vraie, qui vaut bien, je crois, l'histoire composée.

 Source : https://www.1789-1815.com/p_coluche.htm 
 

 

GASTINS ( Seine-et-Marne )
GASTINS ( Seine-et-Marne )
GASTINS ( Seine-et-Marne )
GASTINS ( Seine-et-Marne )
GASTINS ( Seine-et-Marne )

GASTINS ( Seine-et-Marne )

Cimetière communal de Gastins ( Seine-et-Marne ), tombe de Jean-Alexandre ( dit Jean-Baptiste ) Coluche, restaurée en 1967 par le souvenir  Napoléonien.

 

Jean-Baptiste COLUCHE ( 1780 - 1867 )
Jean-Baptiste COLUCHE ( 1780 - 1867 )
Jean-Baptiste COLUCHE ( 1780 - 1867 )

Jean-Baptiste COLUCHE ( 1780 - 1867 )

Gastins ( Seine-et-Marne ), le moulin Choix
Gastins ( Seine-et-Marne ), le moulin Choix

Gastins ( Seine-et-Marne ), le moulin Choix

Gastins ( Seine-et-Marne ), mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918.

 

 

ARBAUX MARCEL 26 ANS
BARDIN HENRI 26 ANS
BOUTIGNY DÉSIRE 22 ANS
BOUTIGNY JULES 27 ANS
BOUTIGNY JULIEN 26 ANS
BROCHERAY MAXIME 26 ANS
CAQUET LOUIS 35 ANS
CARRETTE MAURICE 35 ANS
CARRE MAURICE 20 ANS
-
CORDIER HENRI 31 ANS
DEBILLE AUGUSTE 41 ANS
DEVAL AUGUSTE 38 ANS
DUCLOU GUSTAVE 30 ANS
DUPLAT EDMOND 23 ANS
DUPLAT EUGÈNE 27 ANS
FRISSON MARCEL 29 ANS
GARMONT GEORGES 20 ANS
GARNIER EDMOND 36 ANS
---
GARNIER RENÉ 25 ANS
GRANDRU ALBERT 23 ANS
HANNEBERT HENRI 37 ANS
HIRON GEORGES 35 ANS
MOREAU RENÉ 28 ANS
MOREAU ROBERT 21 ANS
NAUDIER ÉDOUARD 26 ANS
NAUDIER MARCEAU 21 ANS
PEROT ALBERT 20 ANS
PEROT ARSÈNE 25 ANS
-
PLISSET GASTON 37 ANS
POULAIN ALBERT 25 ANS
RUBY GEORGES 37 ANS
SAELINS ALFRED 27 ANS
THEVENOT RAYMOND 20 ANS
TINEY LOUIS 23 ANS
VEAUX PIERRE 26 ANS
WAVRESKY HENRI 22 ANS
GRANDRU GASTON 20 ANS
Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918
Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918
Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918
Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918
Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918
Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918
Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918

Mémoire aux combattants de la Grande Guerre 1914 - 1918

Auguste DEVAL 

 

 

Caporal au 203e Régiment d'Infanterie

Né le 29 juin 1877 à Gastins ( Seine-et-Marne )

Décédé le 28 décembre 1916 à l'âge de 39 ans, tué à l'ennemi à Fromeréville, dans le département de la Meuse ( Le Mort Homme ).

Croix de Guerre.

 

Source : mémorialgenweb.org

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

La défaite oubliée

Histoire militaire de la France ; campagne de 1814 ( Fère-Champenoise, Saint-Jean-Les-Deux-Jumeaux, Trilport et Meaux ; cohortes de gardes nationaux et compagnies mobiles de canonniers garde-côtes de Napoléon ) ; bicentenaire de 1814 en Brie et en Champagne ; général Farine du Creux ( 1770-1833 ) ; bataille de la Marne de 1914 ( Marais de Saint-Gond ) ; centenaire de la Grande Guerre 1914-1918 ( Meaux et Chauconin-Neufmontiers ) ; campagnes de 1940 et de 1944-1945 ; service historique de la Défense ( SHD ) au château de Vincennes ( Val-de-Marne ) ; Santeny ( Val-de-Marne ) ; Yerres ( Essonne ).

Pages

Hébergé par Overblog